La législation du CBD ou cannabidiol fait l’objet de nombreuses polémiques. Les projets de loi sur la réglementation de son achat et son usage demeurent encore flous. Le produit est de plus en plus apprécié par le public grâce à ses multiples vertus. Cependant, des individus hésitent d’en acheter, faute de manque de précision sur sa légalité. Une mise au point de la situation s’impose surtout concernant l’achat du CBD. Est-ce légal ? Qui peut en acheter ? Comment s’en procurer ? Focus sur les essentiels sur ce sujet !

Autorisé selon la teneur en substance psychotrope

La confusion sur la légalité de l’achat de cbd se manifeste avant tout au niveau de l’appellation. Un grand nombre de public pensent que le CBD n’est autre que du cannabis. En fait, ce dernier étant interdit, que ce soit pour la vente ou la consommation. Mais ils sont juste classés dans la même catégorie. Plus précisément, le cannabidiol est extrait de chanvre et ne rend pas l’adepte « stone ». Le cannabis et le CBD se diffèrent également au niveau de leur caractère stupéfiant. Si le THC ou tétrahydrocannabinol est la substance active des effets psychoactifs, le CBD n’en contient pas plus de 0,2 %. Grâce à cette proportion réglementée, l’achat de CBD est alors légal. Si un produit dépasse 0,2 % de THC, le fabricant et/ou le vendeur peut être sanctionné. Tant que le ratio en produit psychotrope est respecté, les fabricants peuvent en commercialiser et le public a le droit d’en acheter en toute légalité. Sachez également qu’il existe des boutiques spécialisées pour ce type de produits. Elles peuvent être physiques ou virtuelles, mais vous assurent des produits de qualité et selon les normes.

Légal et illégal selon les caractéristiques du CBD

À l’heure actuelle, rien ne permet encore de confirmer l’existence des textes de loi concrets sur l’achat de cbd. Ce qui est sûr concerne sa mise en forme d’e-liquide pour la vente. La principale consommation revient ainsi à le mettre dans une cigarette électronique. Ce qui n’empêche qu’il existe des produits CBD sous forme d’huile et de pâte. Évidemment, l’achat et la consommation de ces huiles et pâtes peuvent être blâmables. Il est sûr que la législation du CBD avance peu à peu. Néanmoins, les organismes concernés se veulent être prudents. D’ailleurs, des avis défavorables au projet de loi sont à considérer, à savoir : celui de l’Agence national du médicament. Cette forme juridique indécise de l’achat de CBD n’a pas empêché des fabricants à produire et à vendre du cannabidiol e-liquide. La commercialisation de CBD sous forme de graine et de fibre n’est pas autorisée sur le territoire.

Toléré selon le type d’utilisation

La légalité de l’achat de cbd trouve aussi sa légitimité dans les bienfaits thérapeutiques de sa substance active. Les essais laboratoires ont déjà confirmé que l’e-liquide n’a pas d’effet euphorisant ni d’anxiété ni de peur. Au contraire, sa consommation est encouragée en vue de soulager des douleurs et des inflammations ou encore lutter contre la nausée et le vomissement. Par ailleurs, les adeptes l’utilisent notamment pour apaiser les problèmes de désarroi, de dépression, de stress, etc. Bref, ils s’en servent pour soulager les souffrances psychologiques. Il est également important de noter que le CBD n’est pas considéré comme un médicament. Les spécialistes lui confèrent l’appellation de « complément alimentaire ». Il faudra ainsi éviter de faire des publicités détournées sur son usage et sa consommation. Il est vrai que la substance contribue à la guérison de certaines maladies. Il vaut mieux tout de même limiter et contrôler la présentation du produit au risque d’éventuelles répréhensions. Il est du devoir des commerçants d’indiquer les informations sur le produit pour la sécurité des consommateurs.